Bulletin n°8

n° 08 – bulletin de l’Organisation des Recherches sur les Environnements Invisibles

Les prochains chantiers

cressonMarcel Baudot se plaisait à remarquer : « En Essonne, tout sonne, et bien avant Edison ! ». Si Baudot était attiré par les moulins et les greniers (à cause des grandes quantités de son qu’on y trouve généralement), il s’intéressa aussi au cresson, dont la capitale mondiale, Méréville, se situe justement en Essonne – où l’équipe de l’O.R.E.I. mènera ses prochaines fouilles archéophoniques!

Or, Baudot était loin de se douter que le CRESSON serait aujourd’hui l’acronyme du Centre de Recherche sur l’ESpace SONore et l’environnement urbain ! Coïncidence ?
Nos fouilles s’ouvrent à Méréville dans un exceptionnel « parc à fabriques », c’est-à-dire un immense jardin du XVIIIeme siècle qui, contrairement aux ordonnancements symétriques « à la française », s’inspira de la mode des jardins anglo-chinois, fabriquant artificiellement une nature idéalisée et ponctuée de « folies » (constructions reproduisant la nature, l’antique ou l’exotique). S’agirait-il ici de l’un de ces fameux « jardins Sharawadji », dont « le visiteur ne peut éprouver la beauté que par surprise » ? Pour le savoir, rendez-vous sur notre chantier !
Quant à l’effet Sharawadji, consultez le Répertoire des effets sonores – à l’écoute de l’environnement, indispensable ouvrage de Jean-François Augoyard et Henri Torgue, chercheurs au… CRESSON.

 

Fouilles archéophoniques du 17 au 20 juin
Ouverture publique des chantiers le 20 juin à 15h et 17h30

Compte-tenu de la fragilité des résurgences acoustiques fossiles, le nombre de visiteurs est strictement limité. Il est donc vivement recommandé d’arriver au minimum 30mn avant le début des visites.

Plus de renseignements : 01 41 61 99 95
Site du domaine de Méréville

Accès:
Depuis Évry : N104, sortie Étampes, N20, sortie Méréville.
Depuis Paris : Porte d’Orléans, A6 dir. Chartres, N104, sortie Étampes, N20, sortie Méréville.
Depuis Orléans : N20, sortie Méréville.
Parking: grille d’honneur, face à la mairie.

Autres chantiers en 2010 :

Bar-le-Duc (Meuse), dans le cadre du festival RenaissanceS du 30 juin au 4 juillet.
Ouverture publique des chantiers les 3 et 4 juillet 2010.

Cergy-Pontoise, parvis de la préfecture (siège de la Caisse d’Epargne), dans le cadre du festival Cergy Soit!, en partenariat avec la Scène Nationale de l’Apostrophe, du 7 au 12 septembre.
Ouverture publique des chantiers les 10, 11 et 12 septembre 2010.

Le théâtre du Blavet (Morbihan), du 14 au 19 septembre.
Ouverture publique des chantiers les 18 et 19 septembre 2010.


Le véritable stéthoscope de Marcel Baudot

Stethoscope_Baudot copieInstrument de base du chercheur en paléophonie, le stéthoscope reste l’un des moyens les plus simples et les plus efficaces pour détecter les acousmates, comme le pratiquait déjà Marcel Baudot.

 

Le stéthoscope
Par un après-midi d’octobre 1817, René Théophile Laennec passe sous les guichets du sthetoscopelaennecLouvre. Il s’arrête, intrigué par des enfants qui jouent dans la cour parmi des décombres. Un gamin gratte l’extrémité d’une longue poutre avec la pointe d’une épingle. À l’autre extrémité, l’oreille collée à la poutre, les enfants recueillent les sons, se bousculent pour entendre, et rient de la découverte.
Parvenu au chevet d’une jeune cardiaque, le médecin demande une feuille de papier à lettre, la roule en cylindre, appuie une extrémité contre la poitrine de la patiente et l’autre contre sa propre oreille. Et voici que le double bruit du cœur et celui de la respiration lui parvient avec netteté. Il vient d’inventer l’ « auscultation médiate », et un instrument qu’il appelle tout d’abord le « pectoriloque ». En partant de ce simple rouleau de papier, Laennec va essayer toutes les formes et matériaux diponibles – en passant par des éléments d’instruments de musique – et le baptise finalement stéthoscope (du grec stethos, « poitrine » et skopein, « examiner ») en 1818.
Le stéthoscope binauriculaire actuel a été inventé par l’Américain George Cammann en 1852. C’est celui que nous utilisons à l’O.R.E.I. Le même que Marcel Baudot !

laennecLaennec en auscultation.

Marcel Baudot & les acousmates
Dès son enfance, Marcel Baudot entend parfois des sons de voix ou d’instruments qui le ravissent mais dont il ne peut expliquer l’origine, ce qu’on appelle des acousmates. Ce phénomène auditif est alors considéré comme une simple illusion ou hallucination. Mais, convaincu que ces exquises et énigmatiques sonorités ne sont pas uniquement « dans sa tête », Baudot entreprend de les étudier méthodiquement, à l’aide des outils acoustiques les plus divers. Parmi ceux-ci, il utilise un simple stéthoscope médical avec lequel il ausculte systématiquement tous les objets qui l’entourent… Il découvre alors que ces sonorités sont non seulement bien réelles, mais qu’elles sont des traces de sons fossiles. C’est la naissance de la paléophonie – c’est-à-dire la science des « sons du passé » – et le début de la grande aventure des recherches sur les environnements invisibles.
Aujourd’hui, malgré toutes les avancées technologiques du monde moderne, le stéthoscope reste l’un des moyens les plus simples et les plus efficaces de capter des acousmates: léger, robuste, il fonctionne sans piles, peut s’emmener absolument partout et vous donne accès sans le moindre abonnement à un monde illimité et inouï !
Suivez soigneusement les instructions et… bonne chasse aux acousmates !

 

ecouteAucultation stéthoscopique sur un chantier paléophonique: à l’affût des acousmates!
A gauche: chantier de fouilles de Noisy-le-Sec, mai 09
A droite: chantier de fouilles du Square Carpeaux, Paris, octobre 09

 

 
Mode d’emploi :

– Placez les embouts auriculaires en respectant bien leur orientation vers l’avant(figure 1)
– Vous pouvez éventuellement régler leur écartement en déformant légèrement l’arceau métallique (figure 2).
– ATTENTION ! Dès que vous avez mis le stéthoscope, vos tympans sont acoustiquement couplés avec la membrane ! Manipulez-la avec précaution, ne la heurtez pas sur des surfaces dures, ne la tapotez pas avec les doigts.
– Posez délicatement la membrane sur l’objet à écouter. La pression sur la membrane permet de faire varier le spectre acousmatique (figure 3).
– En déplaçant la membrane sur l’objet, cherchez le « point nodal » où l’audition est au niveau maximum.

figure1figure2     figure3


Les archives de l’OREI

Collection O.R.E.I.
« les détecteurs d’acousmates »

carteorei03

Retrouvez notre collection de cartes postales anciennes ré-éditées et revivez les étapes les plus remarquables de l’histoire de l’Organisation. Ces cartes sont disponibles exclusivement sur les chantiers, pendant les ouvertures au public.>/div>

Découvrez toute la collection !

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Devenez membre de l’O.R.E.I. ! Une manifestation acousmatique dans votre quartier ? Un son d’une espèce protégée en voie d’extinction ? Contribuez à la recherche sur les environnements invisibles en nous envoyant vos témoignages… Et lors des visites de nos chantiers de fouilles, n’oubliez pas de signer le Livre d’ORei !


Publicités